Beagle

Beagle


Hypoplasie du cervelet
On parle d’hypoplasie du cervelet lorsque celui-ci est d’une taille inférieure à la normale.

C’est une affection retrouvée notamment chez le Setter Irlandais, le Fox Terrier à poils durs, le Chow-chow, l’Airedale Terrier…

Les symptômes sont observés chez l’animal âgé de quelques semaines, lorsque celui-ci commence à se déplacer.

On observe des troubles de l’équilibre avec des chutes, des tremblements intentionnels (c'est-à-dire qui vont se déclencher lorsque l’animal fixera son attention sur quelque chose comme manger ou boire) et un nystagmus (mouvement d'oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire).

Il n’existe pas de traitement pour cette affection.

Puisqu’il n’y a pas d’aggravation des symptômes avec le temps le pronostic pour cette affection peut être bon si l’animal arrive à compenser les troubles engendrés par la malformation.
Syndrome méningite-artérite répondant à l'administration de corticoïdes
Les méninges sont les membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière.

Le syndrome méningite-artérite répondant à l'administration de corticoïde est une maladie correspondant à une inflammation de ces méninges qui guérit par administration de corticoïde sur une longue période.

On peut retrouver cette maladie chez toutes les races de chiens mais le Beagle, le Boxer, le Bouvier Bernois, le Braque de Weimar et le Nova Scotia Duck Tolling Retriever (retriever de la Nouvelle Ecosse) semblent prédisposés.

Les symptômes peuvent apparaître aussi bien chez le jeune que chez l'adulte. Ils se manifestent par une démarche raide, une réticence à se déplacer et de la fièvre.

Le pronostic est en général bon si les animaux sont traités précocement.
Syndrome de tremblements répondant à l'administration de corticoïdes
Le syndrome de tremblements répondant à l’administration de corticoïdes est une maladie qui se retrouve surtout chez les chiens de petites races comme le Bichons Maltais, le West Highland White Terrier, le Shih-Tzu, le Beagle, le Yorkshire, l’Australian Silky Terrier et le Pinscher miniature.

Les symptômes apparaissent en général chez le jeune adulte de moins de 5 ans. Les symptômes d’appels se manifestent par des tremblements généralisés à l’ensemble du corps. Des signes d’atteinte du cervelet peuvent aussi être observé avec des tremblements intentionnels, c'est-à-dire qui apparaitront lorsque l’animal atteint fixera son attention sur quelque chose comme boire ou manger (absents lorsque l’animal est au repos), une tête penchée sur le côté, un nystagmus (mouvement d'oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire), des troubles de l’équilibre et des chutes.

Enfin, des crises d’épilepsie peuvent être observées. Les symptômes s’aggravent rapidement, mais le pronostic est bon si un traitement médical adéquat est mis en place.
Epilepsie essentielle
L'épilepsie essentielle, aussi appelée épilepsie primaire, est une maladie du cerveau se caractérisant par des crises convulsives. On parle d'épilepsie essentielle lorsqu'on ne peut pas mettre en évidence de cause à l'apparition de ces crises convulsives.

Un très grand nombre de races semblent prédisposées à cette maladie : Beagle, Berger Allemand, Berger Belge (type Tervueren, Groenendael), Berger des Shetland, Border Collie, Bouvier Bernois, Boxer, Bull Terrier, Cane Corso, Caniche, Cavalier King Charles, Cocker Américain, Colley, Dogue Argentin, Dogue de Bordeaux, Dogue du Tibet, English Springer Spaniel, Fox terrier à poils lisses, Golden Retriever, Grand Bouvier Suisse, Husky, Keeshond, Labrador Retriever, Lagotto Romagnolo, Lévrier Irlandais (Irish Wolfhound), Mastiff, Saint Bernard, Schnauzer miniature, Setter Irlandais, Spitz Finlandais, Spitz Loup, Teckel, Vizsla.

Mais cette maladie peut se développer chez un chien de n'importe quelle race pure ou croisée.

Les premières crises lors d'épilepsie essentielle apparaissent le plus souvent entre l'âge de 6 mois et 5 ans, mais les premières crises peuvent passer inaperçues et les animaux peuvent être présentés à leur vétérinaire après l'âge de 6 ans.

Les crises convulsives en elles mêmes peuvent être de nature très variées : elles peuvent être généralisées avec dans le cas le plus classique un animal qui tombe sur le côté, inconscient et qui présente des mouvements de pédalage ou bien être partielle, sans perte de conscience.

La fréquence des crises est variable d'un individu à l'autre. Le pronostic pour cette maladie est variable en fonction de la fréquence, de la gravité des crises et de la réponse au traitement qui est fonction des races.

Le traitement est possible et il est médical. Dans un cas particulier, chez le Lagotto Romagnolo, il existe un test génétique.