Labrador Retriever

Labrador Retriever


Hypoplasie du cervelet
On parle d’hypoplasie du cervelet lorsque celui-ci est d’une taille inférieure à la normale.

C’est une affection retrouvée notamment chez le Setter Irlandais, le Fox Terrier à poils durs, le Chow-chow, l’Airedale Terrier…

Les symptômes sont observés chez l’animal âgé de quelques semaines, lorsque celui-ci commence à se déplacer.

On observe des troubles de l’équilibre avec des chutes, des tremblements intentionnels (c'est-à-dire qui vont se déclencher lorsque l’animal fixera son attention sur quelque chose comme manger ou boire) et un nystagmus (mouvement d'oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire).

Il n’existe pas de traitement pour cette affection.

Puisqu’il n’y a pas d’aggravation des symptômes avec le temps le pronostic pour cette affection peut être bon si l’animal arrive à compenser les troubles engendrés par la malformation.
Collapsus induit par l'exercice
Le collapsus induit par l’exercice est une maladie décrite pour la première fois chez le Labrador Retriever.

Désormais, elle est aussi décrite chez le Chesapeake Bay Retriever, le Curly-Coated Retriever, le Boykin Spaniel et le Pembroke Welsh Corgi.

Les animaux malades sont en en général athlétiques, très joueurs.

Les symptômes apparaissent uniquement à la suite d’un exercice prolongé intense ou important. En dehors des périodes d’activité le chien est parfaitement normal.

Les chiens atteints vont présenter des troubles de la locomotion affectant au départ essentiellement les membres postérieurs, mais pouvant s’étendre aux quatre membres : troubles de l’équilibre, de la coordination pouvant aller jusqu’à la paralysie.

Après 15 à 30 minutes de repos le chien atteint est à nouveau capable de se déplacer normalement.

Les chiens peuvent vivre avec cette maladie si on modère l’exercice de façon à ne pas provoquer de crise.

Le pronostic de cette maladie est plutôt bon en l’absence de traitement, car des mesures hygiéniques suffisent à contrôler la pathologie.

Néanmoins, certains animaux sont morts lors de crises importantes, en particulier suite à une forte hyperthermie.

Il existe aujourd’hui un test génétique pour détecter la maladie.
Dystrophie musculaire liée au chromosome X
La dystrophie musculaire liée au chromosome X est une maladie musculaire du chien comparable à la myopathie de Duchenne chez l'homme.

On la retrouve chez le Golden Retriever, le Labrador, le Rottweiler, le Cavalier King Charles, le Pointer Allemand …

Les symptômes apparaissent dès le très jeune âge, vers 2-3 mois et ce sont très souvent les mâles qui sont touchés.

Les chiens atteints présentent une faiblesse locomotrice et ont du mal à se déplacer.

Les symptômes évoluent progressivement avec une dégradation progressive de la fonction locomotrice et de la possibilité de se nourrir correctement.

Comme chez l'Homme, l'atteinte cardiaque et respiratoire est observée.

Il n'existe pas de traitement pour cette maladie et les animaux décèdent en général à l'âge de 2-3 ans maximum du fait des complications cardiaques et respiratoires.

Le pronostic est donc mauvais pour cette maladie pour laquelle il existe un test génétique.
Myotonie congénitale
La myotonie congénitale est une maladie dans laquelle les muscles mettent plus de temps pour se relâcher après une contraction.

On retrouve cette maladie en particulier chez le Schnauzer nain, le Chow-chow et le Bouvier Australien dès les premières semaines de vie.

Les animaux atteints semblent tout raides lorsqu'ils se déplacent et ils ont du mal à se lever.

La masse musculaire est plus développée que chez un individu normal, en particulier au niveau du cou et de la racine des membres (avant bras et cuisse).

Certains animaux peuvent avoir du mal à manger, beaucoup saliver et avoir du mal à respirer.

Les symptômes sont exacerbés après une période de repos et lorsque le temps est froid.

Les symptômes se stabilisent vers l'âge de 6 mois à 1 an ce qui fait que le pronostic à long terme est en général favorable.

Un traitement médical existe. De plus, il existe un test génétique de dépistage.