Dogue du Tibet

Dogue du Tibet


Neuropathie hypertrophique
La neuropathie hypertrophique est une maladie pour laquelle il y a perte de la myéline (gaine qui entoure les axones des nerfs périphériques et qui joue un rôle dans la conduction nerveuse).

Cette maladie est retrouvée chez le Dogue du Tibet.

Les symptômes se manifestent vers l'âge de 3-4 mois. Initialement on observe une faiblesse des membres postérieurs et des anomalies de la démarche (l'animal court comme un lapin car il mobilise simultanément ses deux postérieurs) et présente une plantigradie (il appuie sa patte sur son « pied » et non sur ses « doigts »).

En 1 à 2 semaines, les chiots atteints peuvent se retrouver incapable de tenir debout.

On observe également une diminution de la masse musculaire. Des modifications de la voix ainsi que des difficultés respiratoires peuvent également être observés.

Le pronostic est réservé car les symptômes s'aggravent et il n'existe pas de traitement.
Epilepsie essentielle
L'épilepsie essentielle, aussi appelée épilepsie primaire, est une maladie du cerveau se caractérisant par des crises convulsives. On parle d'épilepsie essentielle lorsqu'on ne peut pas mettre en évidence de cause à l'apparition de ces crises convulsives.

Un très grand nombre de races semblent prédisposées à cette maladie : Beagle, Berger Allemand, Berger Belge (type Tervueren, Groenendael), Berger des Shetland, Border Collie, Bouvier Bernois, Boxer, Bull Terrier, Cane Corso, Caniche, Cavalier King Charles, Cocker Américain, Colley, Dogue Argentin, Dogue de Bordeaux, Dogue du Tibet, English Springer Spaniel, Fox terrier à poils lisses, Golden Retriever, Grand Bouvier Suisse, Husky, Keeshond, Labrador Retriever, Lagotto Romagnolo, Lévrier Irlandais (Irish Wolfhound), Mastiff, Saint Bernard, Schnauzer miniature, Setter Irlandais, Spitz Finlandais, Spitz Loup, Teckel, Vizsla.

Mais cette maladie peut se développer chez un chien de n'importe quelle race pure ou croisée.

Les premières crises lors d'épilepsie essentielle apparaissent le plus souvent entre l'âge de 6 mois et 5 ans, mais les premières crises peuvent passer inaperçues et les animaux peuvent être présentés à leur vétérinaire après l'âge de 6 ans.

Les crises convulsives en elles mêmes peuvent être de nature très variées : elles peuvent être généralisées avec dans le cas le plus classique un animal qui tombe sur le côté, inconscient et qui présente des mouvements de pédalage ou bien être partielle, sans perte de conscience.

La fréquence des crises est variable d'un individu à l'autre. Le pronostic pour cette maladie est variable en fonction de la fréquence, de la gravité des crises et de la réponse au traitement qui est fonction des races.

Le traitement est possible et il est médical. Dans un cas particulier, chez le Lagotto Romagnolo, il existe un test génétique.