Husky

Husky


Paralysie larynée
La Paralysie Laryngée est due à l'atteinte du nerf responsable du l'innervation du larynx.

Cette maladie est retrouvée chez le Bouvier des Flandres, le Husky, le Bull Terrier, le Berger Blanc Suisse, le Labrador Retriever, le Saint Bernard, le Lévrier Afghan et le Setter Irlandais.

Les symptômes apparaissent soit chez l'animal âgé de moins de 1 an (dans le cas des formes héréditaires) soit chez l'animal âgés d'environ 7 ans (dans le cas des formes acquises d'origine inconnue).

Les symptômes se manifestent par une modification de la voix, de la toux, des régurgitations, une intolérance à l'effort, un bruit lorsque l'animal respire et des difficultés respiratoires.

Le pronostic est plutôt réservé du fait de la gravité des symptômes et de leurs conséquences. Il est possible de traiter chirurgicalement cette maladie.
Epilepsie essentielle
L'épilepsie essentielle, aussi appelée épilepsie primaire, est une maladie du cerveau se caractérisant par des crises convulsives. On parle d'épilepsie essentielle lorsqu'on ne peut pas mettre en évidence de cause à l'apparition de ces crises convulsives.

Un très grand nombre de races semblent prédisposées à cette maladie : Beagle, Berger Allemand, Berger Belge (type Tervueren, Groenendael), Berger des Shetland, Border Collie, Bouvier Bernois, Boxer, Bull Terrier, Cane Corso, Caniche, Cavalier King Charles, Cocker Américain, Colley, Dogue Argentin, Dogue de Bordeaux, Dogue du Tibet, English Springer Spaniel, Fox terrier à poils lisses, Golden Retriever, Grand Bouvier Suisse, Husky, Keeshond, Labrador Retriever, Lagotto Romagnolo, Lévrier Irlandais (Irish Wolfhound), Mastiff, Saint Bernard, Schnauzer miniature, Setter Irlandais, Spitz Finlandais, Spitz Loup, Teckel, Vizsla.

Mais cette maladie peut se développer chez un chien de n'importe quelle race pure ou croisée.

Les premières crises lors d'épilepsie essentielle apparaissent le plus souvent entre l'âge de 6 mois et 5 ans, mais les premières crises peuvent passer inaperçues et les animaux peuvent être présentés à leur vétérinaire après l'âge de 6 ans.

Les crises convulsives en elles mêmes peuvent être de nature très variées : elles peuvent être généralisées avec dans le cas le plus classique un animal qui tombe sur le côté, inconscient et qui présente des mouvements de pédalage ou bien être partielle, sans perte de conscience.

La fréquence des crises est variable d'un individu à l'autre. Le pronostic pour cette maladie est variable en fonction de la fréquence, de la gravité des crises et de la réponse au traitement qui est fonction des races.

Le traitement est possible et il est médical. Dans un cas particulier, chez le Lagotto Romagnolo, il existe un test génétique.
Gangliosidose à GM1
La gangliosidose à GM1 est une maladie lysosomale. Elle est au dysfonctionnement d'une enzyme de l'organisme (β-galactosidase) qui conduit à l'accumulation d'une substance appelée glanglioside de type GM1 dans les cellules nerveuses et du foie.

Cette maladie est décrite chez le Husky, le Shiba Inu et le Chien d'Eau Portugais.

Les symptômes apparaissent vers l'âge de 5-6 mois et se manifestent par des troubles de l'équilibre plus marqué sur les membres postérieurs de l'animal ainsi que des tremblements de la tête lorsque l'animal va manger, boire ou jouer par exemple.

Les symptômes s'aggravent avec le temps au point que l'animal devient incapable de se déplacer. On peut également observer un voile gris-bleu sur les yeux de l'animal.

Le pronostic est sombre et il n'existe pas de traitement. Cependant il existe un test génétique pour cette maladie.
Glycogénose de type II
La glycogénose de type II est une maladie lysosomale juvénile. Elle est due au dysfonctionnement d'une enzyme de l'organisme conduisant à l'accumulation de glycogène dans les muscles, mais aussi dans le système nerveux.

Cette maladie est retrouvée chez le Lapland Dog.

Les symptômes apparaissent vers l'âge de 6 mois et se manifestent par des symptômes digestifs tels que des vomissements et des difficultés à s'alimenter, de la léthargie, ainsi que des crises d'épilepsie ou des syncopes suite à des périodes de jeûne ou d'exercice modéré.

Le pronostic est sombre, car les symptômes s'aggravent rapidement et les animaux meurent en général très jeunes. De plus il n'existe pas de traitement à cette maladie.

Il existe en revanche un test génétique pour cette maladie.