Pointer

Pointer


Surdité congénitale
La surdité neurosensorielle congénitale est une maladie due au dysfonctionnement et à la dégradation de structures nerveuses au sein de l'oreille.

Cette maladie est retrouvée chez 80 races de chiens, mais certaines races semblent être prédisposées comme le Doberman, le Pointer, le Dalmatien, l'Australian Stumpy Tail Cattle Dog, le Bouvier Australien, le Bull Terrier, le Setter Anglais, le Cocker Anglais, le Border Collie, le Dogue Argentin…

Les symptômes apparaissent dès les premières semaines de vie, mais peuvent être parfois difficile à mettre en évidence.

Les chiots peuvent être sourds d'une ou des deux oreilles. Les symptômes se manifestent essentiellement par des troubles du comportement liés à la surdité.

C'est une maladie qui n'évolue pas avec le temps et dont le pronostic est très bon malgré l'absence de traitement. En effet, les animaux atteints peuvent faire de très bons animaux de compagnie.
Maladie de Lafora
La maladie de Lafora est une maladie lysosomale de forme tardive. Elle est due au dysfonctionnement d'une enzyme de l'organisme conduisant à l'accumulation d'une substance, appelée polyglucosan, dans les cellules nerveuses.

Cette maladie est retrouvée chez le Basset Hound, le Caniche, le Beagle, le Teckel à poils durs, l'English Pointer et le Welsh Corgi Pembroke.

Les symptômes apparaissent à l'âge adulte et se manifestent par de l'abattement, des crises d'épilepsie, des difficultés locomotrices comme de l'ataxie.

Les symptômes d'appels de cette maladie sont des myoclonies (contractions musculaires rapides et involontaires) généralisées ou localisées à certains muscles.

Le pronostic est mauvais du fait de l'aggravation des symptômes avec le temps et puisqu'il n'existe pas de traitement spécifique. Il faut cependant traiter les crises d'épilepsie pour améliorer le confort de vie de l'animal atteint.

Il existe un test génétique pour cette maladie.
Membrane pupillaire persistante

La membrane pupillaire persistante se caractérise par la présence uni- ou bilatérale d’un tractus mésodermique nourricier du cristallin, d’origine vasculaire, plus ou moins visible dans la chambre antérieure, consécutivement à un défaut de régression néonatale des reliquats de la membrane pupillaire.

Ectropion

L’ectropion correspond à une éversion du bord palpébral, exposant de façon anormale la conjonctive palpébrale. Cette malposition palpébrale concerne habituellement la paupière inférieure, souvent associée à une taille excessive de la fente palpébrale.